deutsch
@@Biblioteche dei Filosofi : Biblioteche filosofiche private in età moderna e contemporanea@@
Home » Register » Beatus Rhenanus (Beat Bild)
linea divisoria
Beatus Rhenanus (Beat Bild)




Karteikarte in Französisch und Englisch


Beatus Rhenanus (Beat Bild)

Sélestat 1485 - Strasbourg 1547


Philologue anobli par l’Empereur Charles Quint en 1523, ses textes et traductions ont fait référence dans toute l’Europe. Le jeune Beat Bild fait ses études à l’«École Latine» de Sélestat, renommée pour son haut niveau, avec des maîtres remarquables comme Crato Hofmann et Hieronymus Gebwiler. Après y avoir été répétiteur durant trois ans, en 1503 il quitte Sélestat pour étudier à l’université de Paris où il acquiert le grade de bachelier et ensuite les diplômes de Licencié et de Maître ès Arts. Lors de ses études universitaires, il collecte notes de cours, cahiers et textes, témoins aujourd’hui rares et précieux de l’enseignement de son époque. Étudiant, il travaille à l’officine de l’imprimeur Estienne comme correcteur et enrichit sa bibliothèque personnelle grâce à ses revenus. Ainsi, cet homme du livre, après avoir acheté ses premiers volumes à l’âge de 15 ans, en possède déjà 253 à 22 ans, quand s’achève son séjour parisien. De retour sur les bords du Rhin en 1507, il continue d’étudier et s’investit dans l’édition à Strasbourg et surtout à Bâle, où il suit les cours de grec du grand savant Kuhn, dit «Cono». Il devient directeur des publications de la maison Froben de Bâle. Son œuvre éditoriale est immense. Au début de sa carrière, il participe aux éditions de Lefèbvre d’Etaples sur Aristote. Il publie des auteurs néo-latins comme les textes de son ancien professeur de la Sorbonne, Fauste Andrelin. Il fait paraître l’édition princeps des œuvres de Velleius Paterculus et de Tertullien. Il réédite les textes de Pline l’Ancien, de Tite Live, l’Histoire des Goths de Procope, Maxime de Tyr, l’Histoire Ecclesiastique, la correspondance d’Erasme de Rotterdam. Il est l’auteur de la première biographie de Geiler de Kaysersberg et de celle d’Erasme de Rotterdam, qui fut son ami. En 1531, il publie sa grande œuvre personnelle, une Histoire de la Germanie, rééditée en 1551 et accompagnée de sa biographie écrite par Jean Sturm.

Bibliographie: P. Adam, L'Humanisme à Sélestat : l'Ecole, les humanistes, la bibliothèque, Sélestat, Imprimerie Alsatia 1978; J.F. D'Amico, Theory and Practice in Renaissance Textual Criticism : Beatus Rhenanus Between Conjecture and History, Berkeley, University of California Press 1988; E Faye, Beatus Rhenanus lecteur et étudiant de Charles de Bovelles, in «Annuaire des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat» (=AABS), 45 (1995), pp. 119-138; F. Hieronymus, Beatus Rhenanus und das Buch : biblio-biographische Flickstücke, AABS, 36 (1986), pp. 63-114; J. Hirstein, Beatus Rhenanus et les 'Avis au lecteur' signés 'Jean Froben' sur l'Histoire d'Ammien Marcellin et sur l'Histoire Auguste dans l'édition bâloise de juin 1518, AABS, 39 (1989), pp. 27-50; Idem, Tacitus' Germania and Beatus Rhenanus (1485-1547), Frankfurt, Peter Lang 1995; Idem, La bibliothèque de Beatus Rhenanus: une vue d'ensemble des livres imprimés, in R. De Smet (ed.), Les humanistes et leur bibliothèques, Paris, Peeters 2002, pp. 113-142; N. Holzberg, Beatus Rhenanus (1485-1547) : Eine biographisch-forschungsgeschichtliche Bestandsaufnahme, AABS, 35 (1985), pp. 19-32; A. Horawitz, K. Hartfelder (edd.), Briefwechsel des Beatus Rhenanus, Leipzig, Teubner 1886; G.C. Knod, Briefwechsel des Beatus Rhenanus, in «Centralblatt für Bibliothekswesen», 4 (1887), pp. 305-315; H. Meyer, Propos sur la bibliothèque de Beatus Rhenanus, AABS, 35 (1985), pp. 85-96; U. Muhlack, Beatus Rhenanus (1485-1547). Vom Humanismus zur Philologie, in Humanismus im deutschen Südwesten: Biographische Profile, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag 1993, pp. 195-220; S. Musial, Beatus Rhenanus étudiant de philosophie à Paris (1503-1507), AABS, 35 (1985), pp. 271-279; P. Petitmengin, Les Livres de Beatus Rhenanus, in Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis 1989, pp. 298-301; Idem, Beatus Rhenanus et les manuscrits latins, AABS, 35 (1985). 235-246; L.D. Reynolds (ed.), Texts and Transmission : A Survey of the Latin Classics, Oxford, Clarendon 1986; E.F. Jr. Rice, The Prefatory Epistles of Jacques Lefèvre d'Etaples and related texts, N.Y., Columbia Univ. Press 1972; M. Sicherl, Johannes Cuno. Ein Wegbereiter des Griechischen in Deutschland: Eine biographisch-kodikologische Studie, Heidelberg, Carl Winter Universitätsverlag 1978; I. Suzeau, Un Extrait inédit du cahier d'écolier de Beatus Rhenanus, AABS, 41 (1991), pp. 101-118; R. Walter, Beatus Rhenanus citoyen de Sélestat, ami d'Erasme : anthologie de sa correspondance, Strasbourg, Oberlin 1986.



Bibliothèque Humaniste de Sélestat, le fonds légué par Beatus Rhenanus

La bibliothèque  de Beatus Rhenanus est constituée de manuscrits et surtout d’imprimés. Ils sont conservés depuis 1889 dans l’ancienne Halle aux Blés construite à Sélestat dans les années 1840 par l’architecte Gustave Klotz. Léguée par Beatus à sa ville natale peu de temps avant sa mort au cours de l’été 1547, elle est la propriété de la Ville de Sélestat qui en assure encore aujourd’hui la gestion et la conservation.
Ce fonds se compose de 423 volumes contenant 1287 oeuvres imprimées, ainsi que quelque 41 manuscrits reliés avec les imprimés. À cela, il faut ajouter les 264 lettres manuscrites et les quelque 33 volumes de manuscrits (94 œuvres). Aujourd’hui, cette collection compte 1686 documents conservés à Sélestat. On y trouve des lettres, des travaux et aussi des cahiers, des notes de cours - témoins précieux de l’enseignement  humaniste. Ces ouvrages ont reçu l’empreinte de leur possesseur, reliés et assemblés en fonction de leur taille, de leur intérêt et de leur thématique. Chacune de ses œuvres porte presque toujours  un ex-libris  manuscrit de Beatus Rhenanus dont une formulation montre combien Rhenanus tenait à sa bibliothèque ; en effet, il marque parfois sur la page de titre « Sum beati rhenani Nec muto dominum » (J’appartiens à Beatus Rhenanus et je ne change pas de maître) ; anobli par l’empereur Charles Quint en 1523, il a fait décorer plusieurs de ses reliures de ses armoiries.
L’originalité de cette bibliothèque réside dans l’homogénéité du fonds, composé de nombreuses éditions parisiennes du premier quart du XVIe siècles, des éditions « aldines », des éditions « frobéniennes » mais aussi alsaciennes, ainsi que du legs de livres et manuscrits grecs que Rhenanus a hérité de son professeur, l’humaniste  Jean Cuno, qui fut un temps correcteur chez l’imprimeur de Venise, Aldus Manutius, et qui décéda à Bâle en 1513. Ce fonds constitue le noyau précieux de la bibliothèque humaniste et la « rhenana » représente aujourd’hui la plus importante collection d’un humaniste de la première moitié du XVIe siècle encore conservée dans sa presque totalité.
Les annotations nombreuses et méthodiques sont des textes dans le texte, très usitées par les philologues. Elles cohabitent avec des notes et documents qui paraissent aujourd’hui inattendus et inédits. On trouve ainsi, parmi des notes manuscrites disséminées, le récit de tremblements de terre survenus en 1509, un contrat entre Beatus Rhenanus et un voisin paysan concernant un veau mis en hivernage chez lui, ou encore la mention du coût de l’enterrement du père de Beatus Rhenanus. La variété des langues utilisées, des thèmes, des auteurs, des époques et des lieux de publication est le reflet de l’esprit universel caractéristique des humanistes. Ce fonds compte des ouvrages que Beatus Rhenanus collecte à travers l’Europe entière à la faveur de son dense et vaste réseau. Au-delà des frontières, ce savant côtoie des auteurs (Erasme de Rotterdam, Lefebvre d’Etaples, Guillaume Budé...), des réformateurs (Melanchthon, Bucer, Zwingli), des imprimeurs (Henri Estienne, imprimeur parisien, Josse Bade, imprimeur belge, Matthias Schürer, imprimeur strasbourgeois, Johann Froben et Jean Amerbach, imprimeurs suisses), et aussi des princes (Charles Quint), des puissants (les Fugger), des prélats (l’évêque de Worms) ou encore des moines. À Sélestat sont conservés de nombreux livres ayant servi de modèles d’impression à de grandes publications de textes anciens, devenus références dans l’Europe entière.

Depuis le mois de janvier 2010, les internautes peuvent consulter en ligne une partie des documents conservés à la Bibliothèque Humaniste. Ce procédé s’échelonnera sur plusieurs années. Les manuscrits retenus rendent compte de la richesse de la bibliothèque de l’école latine et de la collection personnelle de Beatus Rhenanus, qui comprend : des ouvrages scolaires, des textes de l’Antiquité grecque et latine ou de spiritualité.

À partir du Catalogue de la bibliothèque humaniste de Sélestat,

  • sélectionner « Rechercher un document »
  • dans la fenêtre « Provenance» taper « rhenanus ».

icona sfoglia Link esterno




Letzte Bearbeitung: 2013-03-08 17:50:44